D
H
M
Seconds
19 JUIN 2021

Merci Roberto!

WhatsApp Image 2020-09-18 at 12.12.18

Dire Roberto Iglesias, c’est dire Quebrantahuesos. Depuis 31 ans, l’infatigable alma mater de la course a donné corps et âme pour qu’elle devienne la plus importante d’Espagne, et l’une des plus remarquables au monde. Dès la naissance du QH, Roberto a fait fort: l’intention, explique-t-il, était de profiter d’un environnement naturel unique et de la passion du cyclisme avec un groupe de fans. Les années ont passé et ce qui a commencé comme un pari à portée locale s’est transformé en dévotion internationale.

Le 27 août, Roberto Iglesias a annoncé qu’il quittait l’organisation lors de la conférence de presse du bilan annuel. Un adieu qui veut maintenir la promotion de la Quebrantahuesos à distance, pour motiver l’entrée des plus jeunes, avec énergie et dévotion, à poursuivre la tâche qu’il a menée avec tant d’affection. Une organisation dans laquelle il s’implique depuis sa création en tant que membre du conseil d’administration et vice-président dans la dernière étape.

Après l’annonce, les démonstrations d’affection se sont fait ressentir: les fans, les médias locaux et régionaux ont fait l’écho de l’actualité, se rappelant avec beaucoup d’estime la trajectoire de la véritable icône qu’est Roberto. Un remerciement spécial également à toutes les institutions locales, régionales, nationales et françaises qui ont montré leurs appréciations pour son travail accompli toutes ces années.

Comme Roberto le dit si bien: «Ce qui importe au final, c’est ce qui reste». Une appréciation, sincères et profondes, qu’il a prouvé par son travail altruiste et sa personnalité unique. Les plus assidus du QH le connaissent bien et connaissent son charisme, cette personne enjouée et toujours prête à rire, mais aussi à défendre ses convictions. Nous regretterons de ne plus pouvoir profiter de son énergie, mais nous la garderons en tête à chaque coup de pédale que nous donnerons, car le succès du Quebrantahuesos est son succès. Par conséquent, nous ne pouvons que dire: MERCI, ROBERTO!